Tuesday, June 28, 2011

Eructations du matin.





racisme [ʀasism] nom masculin.
étym. 1902; de race

Théorie de la hiérarchie des races, qui conclut à la nécessité de préserver la race dite supérieure de tout croisement, et à son droit de dominer les autres.


Cela fait longtemps que je me dis que parler de racisme alors que les races ne sont pas censées exister est un bel exemple de la schizophrénie postmoderne.
Un sujet absolument passionnant car il ouvre des perspectives de méditation troublantes, notamment cette double contradiction:
D’une part les généticiens s’accordent aujourd’hui à dire que la notion de race n’a pas de sens avec l’espèce humaine mais la Justice affirme avec logique que c’est parce qu’il y a des races que le racisme existe.
Or si elle se met en concordance avec la science cette loi tombe dans la caducité et si elle condamne quelqu’un qui affirme qu’une autre personne est de race différente, sans insulte, elle préssupose à la fois que les races existent et qu’on n’a pas le droit de le dire.
Or cette loi n’existe pas.
On pourrait continuer à l’infini…

Il n’y a pas si longtemps (quelques heures en fait), j’évoquai le « repli identitaire » : vouloir se faire peuple au sein d’un peuple, nation au sein d’une nation et ce à rebours des principes et de la culture du pays qui vous accueil.
Et demandai pourquoi le fait de refuser l’autre, revendiquer ces racines et différences est accepté, compris voir encouragé pour certains de nos concitoyens, mais interdit et sévèrement réprimé pour d’autres(c est « raciste »).

Réponse cinglante :
« Ce n’est pas comparable, t’es propos sont racistes ! »

Je ne m’étendrais point sur le discours anti-colonisation qui suivi, derrière lequel se cache a mon sens, une bonne dose de racisme…justement (*1)

Ce matin, j'atais plutot d'humeur a m’en prendre a la brigade cynophile qui aboie au « racisme » surtout et exclusivement à l’endroit des mêmes.
Droitdel’hommistes mondains (*2) et vengeurs à la quérulence inversement proportionnelle aux incartades bien réels que certains font à la République.

Continuer donc à aboyer et à détourner la tête chaque fois que la faits contredisent vos belles idées.
Continuer de vous sustenter des « Le monde » « nouvel obs » « Canal + »… la coprophagie est courante chez les canidés.
Si a court d’arguments, balancez « raciste », même si c’est hors contexte, et prenez l’air offusqué, ça plaira toujours au troupeau !
Le « racisme », c’est aussi la clôture rassurante pour l’herbivore limité…

Mais bon, a la place, je dirai que nous "devisâmes civilement de multiculturalisme"....

Il vaut parfois mieux être intelligent qu’avoir raison (proverbe juif, c’était l’occasion).

(*1)C’est même un vieux reste d’esprit colonial, que cette manière chaleureuse de prendre l’esclave sur ses genoux lui caressant la tête comme s’il était un enfant.
(*2) à la manière de la fameuse Zazie qui va visiter les Tribus perdus qui vont bientôt disparaître, ce caméra au poing.« Oh regardez, le bon sauvage ; et nous qui venons de la vilaine civilisation exploitatrice, et qui n’en sommes malheureusement plus à la loi du clan et aux chèferies… »

3 comments:

  1. Nous cesserons d'être racistes le jour où nous ne ressentirons plus la nécessité de mettre constamment nos différences en exergue... :)

    ReplyDelete
  2. Sylvie11:37 am

    Je tiens à souligner que tous les belges ne sont pas des descendants d'Hergé.

    ReplyDelete
  3. Sylvie12:28 pm

    Et je porte à la connaissance de l'auteur de l'article que Léon Degrelle n'est pas considéré comme le petit père de notre nation. Si une épicurienne belge crache dans la soupe, ce n'est pas que la soupe n'est pas bonne ou qu'elle n'a pas assez faim, c'est qu' elle se rend compte que le cuisiner a pissé dedans (ce qui constitue, paraît-il, au demeurant, des pratiques habituelles à la communauté asiatique oeuvrant dans le secteur de l'horeca, entre nous, mon bon monsieur, c'est dégoûtant).

    ReplyDelete